Le face à face était impossible

Les odeurs ne trompent pas.

Te regarder, j’aurais pu t’attendre

Mais l’atmosphère était humide.

 

Sans t’onduler, rêve de croupir

Laisse à la vue, le prix du soupir.

J’aime les culs, sans d’autre avis

Cette terre insolente, qui donne envie.

 

Et puis parfaitement, contre les yeux

Ce galbe qui s’étend sans se fendre.

Montrant à qui veut, le besoin de se raidir

Mâle acquis ne profite qu’à deux.

 

J’en veux, j’en redemande

Exploser en substance, pour fuir.

J’ai un nœud, je bande

Une seule obsession, jouir.

 

Par-dessus toi, mon rythme saccadé

Par-dessous moi, mouillée de se faire voire.

Je ne sais rien faire avant un spectacle

A peine applaudir, devant l’orgasme.

 

Une pluie d’émois, me remplit d’explosions

Je garde en moi les plaisirs d’immersion.

Un fondement de tergiversation plus tard

Me voilà comme un con à sortir le dard.

 

Au milieu des fesses, je le confesse

J’irai jusqu’au bout, je ne me retirerai pas.

Je ne veux pas mentir aux Français

L’avenir est dans la raie du désir.

 

Mais point de politique par derrière

Au final, un seul projet m’intéresse.

Devenir la muse de ton atmosphère

En Marche pour l’avenir, crapahuter derrière toi.

 

©Le Docteur se confesse sans fermer les yeux…

C9DPK3YXUAAK80w

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s