Le peuple est foncièrement dans ton cul, à droite au fond à gauche, mais bien bien au fond.

Le verdict est tombé comme une pelle qui se prendrait pour une pioche. On se creuserait des tombes à grands coups de manche dans la gueule qui finiraient dans le fion. Quand on dit, souvent par mépris, que le Français a la mémoire courte, c’est souvent pour parler de sa bite. On se la regarde en lousdé, on se concurrence et voilà t’y pas qu’on fait des concours de couilles molles aux urnes. Pour faire court, le Français est frileux ou à vide de sens.

MACRON/LE PEN. Le putain de non choix évident.

Pour sûr, le bilan de 2002 n’aura convaincu personne. Il est même possible que certains n’aient pas débandé depuis 15 ans. Alors ce soir, évidemment, ça fait les affaires de certains.

Je n’irai pas faire chier les blancs, nuls, abstentionnistes ou non inscrits, car assurément ils n’auront pas contribué à l’accession au pouvoir de deux imbéciles notoires. L’un prônant l’ultra libéralisme et l’ubérisation du monopole gouverné par Gattaz, l’autre le populisme réactionnaire patriotique névrosé par la pensée de réfléchir autrement qu’en foutant tout le monde dehors. Deux cons différents en de nombreux points, mais finalement communs en un : l’appauvrissement de l’espoir.

Dès lors, une seule question se pose : que faire ?

 

L’excellentissime solution serait de ne pas aller, en masse, se pignoler sur la boite à enveloppes non timbrés. Une sorte d’auto procuration d’abstention assumée. Je parle d’idéal, comme si les gens réfléchissaient pour que les choses s’améliorent vraiment, et fassent autre chose qu’avoir peur toute leur vie. Mais vous l’aurez compris, ce n’est pas seulement utopique, c’est surtout prétentieux.

Prétentieux de croire que l’origine de la motivation des « voulant bien se déplacer pour leurs droits qu’on assène d’être un devoir », est ancrée dans le sens commun (rien à voir avec les lèches-cul « brandisseurs » de veto croyant à Fillon) d’une profonde analyse des jeux perfides des candidats.

Non, la majorité des électeurs obéissent à des règles bêtes et simples : croire pour se suffire à interpréter. La politique peut s’apparenter à une religion événementielle, avec les adeptes qui fournissent la vaseline pour faire glisser le bon sens vers une pente sans fin. Je conchie les partisans et pourfendeurs de causes de quelque parti que ce soit. Ce sont des vendeurs de flous, des négociateurs de l’âme chiffrée, des enrôleurs de perdu de vie, des « socialisateurs » de néant programmé… et j’en passe.

On n’en veut plus de cette proposition là. J’en suis désolé, attristé, embêté, mais l’un dans l’autre, c’était un peu attendu. Auriez-vous les balloches de nous faire arriver à rêver ? Ou bien devrons nous continuer à espérer en cachette que le monde s’intéresse à lui-même dans sa fondation de l’être ? Faut-il brûler l’argent par les fenêtres pour redorer la valeur de chaque individu ?

 

Il y aura donc les brandisseurs de panneaux Warning d’un côté et les indécis de la démocratie de l’autre. A noter que le camp des uns peut être celui des autres dans cette situation. Le vote utile a conduit une fois de plus à l’absence de choix. Et le fait que je sois moins grossier qu’au début de ma publication n’est en rien responsable de quoi que ce soit. Nous sommes dans une démocratie de l’illusion, où la majorité à tellement peur de faire l’effort de s’informer correctement qu’elle va à la facilité. Le résultat est à chaque fois sans appel, un non choix représentatif des veaux que nous sommes.

Le grand perdant est toujours le peuple, jusque-là rien de nouveau. Le barrage au FN va devenir une habitude jusqu’au jour où ça passera, cette fois peut être ?

Le droit de vote est encore le seul rempart légal pour faire la différence, mais les configurations qui utilisent la légalité pour influencer le vote sont-elles légales, elles ? Le matraquage médiatique des candidats désignés déjà gagnants par les lobbys de l’info nous donne- t-il le choix ? 11 candidats pas du tout logés à la même enseigne font-il de la campagne une autorité démocratique en la matière ? Je pense que non.

Au lendemain du premier tour, les mouvements anti FN ne sont pas aussi réactifs qu’en 2002, c’est une piste qui permet d’envisager que si Macron l’emporte ce serait à peu d’écart. Le changement de façade (mais pas d’arrière boutique)  du « parti comme les autres » n’y est pas pour rien. Les gens s’habituent au mensonge aussi facilement qu’ils se désintéressent de l’histoire et de la culture, pour peu qu’on leur montre le chemin. Dans ce contexte, tout est malheureusement envisageable.

Il m’est interdit de vous dire que Macron « l’uber-chiatique » est la solution, il m’est en revanche évident de vous dire que Marine « la-saloperie-montante-du-mépris-du-genre-humain-faussement-autre-chose-qu’une-hémorroïde-dégoulinante-de-haine-populiste » l’est encore moins.

 

Bonne tendinite du bras, dans les deux cas vous faites erreur, mais si vous pouvez encore avoir l’obligeance de retarder l’arrivée du Front national au pouvoir c’est tant mieux.

Aux chiottes Marine !

Aux vioques Emmanuel !

 

Pas Amen, pas Touti Quanti, et beaucoup de Tralala pour rien…

 

©Le Docteur cueille son brin de chantier pour la soupe électorale…

C7t6rjzWsAAhnGS

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s