De vous à moi, j’ai quand même nettement l’impression que le monde entier se fout de notre gueule. Néanmoins il faut avancer. Et hier il s’est passé une chose extraordinaire. En pleine attaque zombie, j’ai gagné au loto.

Oui je comprends les sceptiques, il se la joue grave, va gagner au loto toi, comme ça, alors que tout part en couille. En plus, je dois aussi vous le dire, je ne joue jamais, hier non plus je n’ai pas joué. Non, mais j’ai eu du bol.

 

Pendant que des hordes de corps déshumanisés s’écharpaient des carcasses éparpillées dans les rues, moi et mes potes on s’envoyait des Casanis au PMU. La télé marchait toujours, déjà depuis sans arrêt avant, mais là quand même aussi. Il faut dire que l’invasion était assez récente, et si on se barricadait on pouvait encore faire fonctionner tout un tas de systèmes existants. D’ailleurs la pompe à bière pétait la forme.

On annonçait le tirage du loto 20 minutes plus tard, dans la logique des choses ça faisait au moins quatre Casa. Et puis… la pompe à bière a cessé de fonctionner.

« ̶  Putain de sa mère de pompe à bière de merde !!!

̶  Oh patron ! C’est pas grave, y’a d’autres trucs à picoler !

̶  Ferme ta gueule Docteur ! Paye-moi déjà les Casa que tu me dois !

̶  Ouais, en gros tu me demandes d’aller retirer du fric au distributeur. Et je fais comment pour les enculés qui nous bouffent la moelle ?

̶  C’est pas mon problème !

̶  Ben dans l’absolu, si j’ouvre la porte pour sortir ça devient notre problème à tous.

̶  ET BEN SI TU VEUX CONTINUER À PICOLER DEMERDE-TOI !»

 

J’étais dans une belle merde. Moi je veux bien continuer à écrire des tas de philosophies de comptoir pour vous autres, m’enfin ça va vite m’emmerder si je peux pas boire un coup avant de manger. Et puis comme je n’ai aucune idée de quand je vais manger, faut bien que j’attende. Pas le choix donc, faut improviser.

« ̶  Euh, elle a quoi la pompe à bière patron ?

̶  Elle va bien la pompe, c’est le fût qui est vide.

̶  Ah. Et si je ne m’abuse la réserve en est pleine de ces machins là ?

̶  C’est comme pour le distributeur, faut sortir.

̶  (lente réflexion anisée)… bon, et si j’en récupère un ou deux, tu me fais une ardoise qu’on puisse continuer à s’ennuyer liquide ?

̶  Y’a pas 2 minutes tu voulais pas foutre ta couenne dehors, et là tu veux y aller ?

̶  Je mets ça sur le compte de l’émotivité. Tu me coupais les vivres. Je te rends service, tu me rends service. »

 

On n’annonçait plus le loto. A la place, des flash spéciaux d’info assénaient l’écran de conseils en tout genre pour se calfeutrer, s’enfermer, se barricader, afin d’éviter toute sortie inutile en milieu hostile.  A croire que personne n’avait soif. Mais enfin, s’il y a bien quelque chose d’utile dans la vie, c’est de pouvoir donner à son prochain l’occasion de vivre ses derniers instants dans les conditions les plus dignes possibles.

Je vous jure, tout s’est passé très vite. Après avoir ôté le flipper qui bloquait la porte de service qui donnait dans l’arrière cour, je me suis glissé en silence jusqu’à la réserve dans le fond. J’ai très vite trouvé les fûts, mais aussi quelques caisses de roteuses. Ma fois, le temps jouant contre moi, j’ai dû boire très vite avant de m’occuper de la mission. Le patron ne m’en voudra pas, sa clientèle c’est moi qui l’a lui ramène avec mes discours à la con. J’ai pris deux fûts aussi délicatement que j’ai pu, et j’ai ouvert la porte sur la cour. PUTAIN ! Y’avait deux miteux à chair pendante au milieu. Ils tournaient comme des branques en se regardant à travers les orbites. Il fallait que je fasse vite, les copains avaient soif. Je suis sorti comme un vandale en secouant les fûts avec mes mains sans rien dire, pour l’effet de surprise. J’ai eu le premier à la tête, qui s’est décrochée dans une gerbe de sang pour aller rouler un peu plus loin. Mais 30 litres à lancer dans quelqu’un sans lâcher le bazar, forcément tu te fais emporter en avant. Même avec le poids de l’autre dans l’autre main je n’ai pas pu empêcher le déséquilibre, et la chute. Ça a fait une espèce de bordel métallique grandiose qui a résonné dans l’enclave des bâtiments. Je me suis défoncé le bras et les genoux. Groggy et à terre, j’ai à peine entendu le râle bronchitique du deuxième face de lasagne qui tentait de me dévorer la joue. Réflexe de survie, je l’ai repoussé par le poitrail en agrippant malencontreusement la poche de sa chemise. Elle s’est déchirée, et un billet de loto m’est resté dans les mains, collé par je ne sais quelle matière organique. Croc en jambe (c’est assez con et lent des fois un zombie), coup de tatane dans sa tête qui à explosé comme une pastèque. Malgré la douleur je me suis vite relevé avec les 60 litres de bières, et j’ai tapé 3 coups puis 2 coups sur la porte du bar comme prévu.

 

Un peu plus tard, quand j’avais de nouveau un Casa et que la pompe était rechargée, la télé s’est arrêtée de diffuser en boucle les spots de sécurité pour balancer le tirage du loto de la semaine. C’est complètement con le monde dans lequel on vit, y’a des morts-vivants partout et on trouve quand même le temps de te faire miroiter la fortune. Mais je me souvenais que le billet que j’avais arraché à Treponem Pâle en était un, et que je l’avais fourré dans ma poche en rentrant. Et bien vous me croirez si vous voulez, mais les uns après les autres, les numéros étaient tous les bons. J’avais gagné le gros lot. Grâce au ticket d’un gars bien vivant avant d’être mort pour toujours.

Rien que de savoir qu’il fallait sortir pour aller avec le billet réclamer mon dû à la Française Des Jeux, ça m’a refroidit. J’ai préféré fermer ma gueule, et j’ai payé une tournée générale.

 

 

©Le Docteur prend un bain de soleil avec glace pilée… (1er glaçon).

Tableau Nicky Balboa, dont on peut retrouver toutes les œuvres ici:

https://www.facebook.com/Travel-InEptie-1671832443048623/?hc_location=ufi

16640621_1653720774654807_1208625866440157436_n

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s