Un jour tout ira mieux, mais pas demain c’est grasse mat’.

 

Les gens sont fous. Fous et cons. Cons et masos. Masos et faibles. Faibles et bêtes. Bêtes et crétins. Crétins et débiles. Débiles et assimilés… c’est comme tout le reste mais avec un handicap de supériorité. La voilà la force et l’intelligence de l’homme mise à nu, c’est comme les pâtes sans le gruyère ou la salade sans vinaigrette, ça se mange mais tu te forces un peu quand même.

Les démocraties s’étiolent à la moulinette en faisant la cour aux dictateurs, agitateurs, moralisateurs, coranisateurs, évangélisateurs, perturbateurs des moins bonnes autres pensées qu’eux. Le réchauffement de la sucette à l’eau sert du mister freeze climatique aux incendies de la pénurie de moyens. Les poissons s’entrechoquent entre le plastique naturel et les biocarburants qui flottent, genre d’airwick fraîcheur station d’épuration.

 

Le lendemain d’un autre jour ira tout aussi moins bien que le surlendemain d’hier.

 

Comme plus personne ne croit en rien on invente à répétition des croyances qui servent à rassurer nos méconnaissances en la confiance. Non, y’a vraiment rien de compliqué. Un dicton dit « il vaut mieux être seul que mal accompagné », oui mais l’homme par nature préfère être croyant mal accompagné que seul et athée. On préfère les réponses que les questions, c’est plus simple pour ne pas réfléchir.

Si tu dois éplucher un oignon, ignore-le, fais comme si tu ne le connaissais pas, ça t’évitera de pleurer. A être trop souvent empathique on en devient anti-écologique, un oignon qui meurt c’est triste mais ça met du goût dans le bonheur de ceux qui vivent encore. A vouloir sauver tout le monde on oublie que la place nous manque, noyons les riches pour inverser la courbe du chômage.

 

Le temps n’est rien face à l’argent, si t’en as à perdre gagne du temps.

 

On vous ment, l’argent est disponible, mais pas pour vous, vous coûtez trop cher à l’argent. Certains sont morts pour que vous n’en ayez rien à foutre de travailler, et l’argent lui, pendant ce temps là, c’est de vous dont il n’a rien à foutre. Qui veut mourir pour que l’argent devienne autre chose que le dernier vrai dieu de l’histoire ? Je vous vois déjà vous précipiter en masse vers les frontières du réel.

Pendant qu’on perd du temps à essayer de tout comprendre et de tout résoudre y’a des gens qui réinventent des religions sans cervelle. Il faut de tout pour faire un monde, oui mais il faut un monde pour faire de tout,  la cerise sur le gâteau c’est tout de même notre ignorance du monde qui est tout. Moi je m’en fou des croyances des identités et des frontières, je préfère pleurer les oignons car eux ils ne m’ont rien fait.

 

©Le Docteur organise une vente privée d’espoir à revendre d’occasion…

13445490_693211020820321_3815072466716482560_n

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s