La politique nous fatigue, nous épuise, nous prend pour des cons.

 

Remarquez c’est pas ce qu’il manque dans notre beau pays. La plupart des gens se trompent de cible en votant pour le moins pire, ce qu’il faudrait surtout c’est arrêter de croire au meilleur. Les agriculteurs ne sont pas content parce qu’ils n’ont pas de prix stable dans un monde qui vit sur le risque en faisant des profits. Alors ils crament des pneus qui polluent, barre les routes pour fabriquer des embouteillages qui polluent, gaspillent des tonnes de légumes sur des trottoirs quand des SDF y crèvent,  et on leur donne des sous qui ne suffiront même pas à acheter la corde pour se pendre.

La politique ne sert à rien, sinon à tempérer légèrement la montée du fascisme populaire, à moins que cela ne l’accentue, dans tout les cas, je vous le dis ici, sauf si besoin extrêmement urgent c’est la dernière fois que je vous parle de ce sujet qui me fatigue.

 

La télé nous rend con, nous méprise, nous prend pour des légumes emballés.

 

C’est pas les mêmes qui finiront sur le trottoir d’un ministère, mais de la terre à la bouche il n’y a que le cellophane pour se faire plastiquer l’alimentation. La publicité est faite pour mentir aux gens, sinon comment vendre en disant la vérité ? Plus rien n’est vendeur sauf le besoin d’avoir envie, ou l’envie d’avoir un besoin. La nécessité ne vend pas, la nécessité est devenue obsolète depuis l’opulence de sa première diffusion. Le rôle de la télé c’est de nous faire croire à tout ce qui fait besoin en ce monde sans en avoir envie. Et si jamais on y ajoute un peu d’émission pour con, on sait que l’audimat sera aussi dénué de sens que le sens peut être dénué de con… et le rôle de l’audimat, c’est d’occuper des millions de personnes en même temps sur le désoeuvrement de leur vie.

 

L’information nous emballe, nous détourne, nous divise avec hardiesse.

 

La manifestation sournoise des informations qui divergent (et diverge c’est beaucoup, comme dirait Desproges) comme jamais depuis Internet, nous oblige à devoir couper et recouper les sources sans fin avant d’avoir la certitude de celles-ci. Pourtant, l’information c’est important, c’est le nerf de la guerre, la pluie et le beau temps, le cours de la bourse, la fluctuation des atmosphères, la fin d’un monde décrypté… mais faut trier, pas le choix, c’est devenu ce fameux produit de première nécessité. On sait si le pétrole a puisé profond à l’autre bout du monde où s’il a coulé au fond d’un océan en plein déplacement stratégique. On sait si l’armée s’essaye à des tirs lambda sur la population quelque part où si elle prend part à bloquer le terrorisme multiculturel ailleurs. On sait si la fin du monde est un fake partout où si le monde est la fin d’un fake en no go zone. Reste à trier nos croyances.

 

La vie que l’on rêve n’est pas née de la dernière précipitation, mais les pluies diluviennes sont encore à venir.

 

©Le Docteur fait trempette au cerveau pour trier les infos…

12573739_10207522191600434_2720703527457449471_n

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s